Note CC

carnet de recherche-action, ateliers et notes libres

Outils pour utilisateurs

Outils du site


norae:hsociety:holo_note-silence-1

Élisabeth Lebovici et le silence

Trad depuis : https://rwm.macba.cat/en/sonia/elisabeth-lebovici/capsula#

Historienne de l'art, journaliste et critique d'art française, Élisabeth Lebovici est la fille du psychiatre et psychanalyste Serge Lebovici

Un silence qui parfois nous inspire et nous accompagne, mais le plus souvent nous emprisonne et nous isole. Silence = Mort, dit un slogan ACT UP des années 80. Lebovici réfléchit sur la crise du SIDA durant cette décennie, et sur le rôle crucial de l'art conceptuel et de l'activisme dans la formation des nouveaux paradigmes visuels et affectifs qui ont donné la parole aux communautés que la société capitaliste et liquéfiée cherchait (et cherche encore) à étouffer. On parle aussi de poésie, de pornographie et de tout cet art que les musées rechignent à accrocher sur leurs murs.

Lorsque vous enregistrez des podcasts dans un musée, les choses ne peuvent pas être pires que d'avoir Élisabeth Lebovici au micro lorsque votre enregistreur vocal décide d'ajouter du bruit et de la distorsion, sans savoir ce qui se passe ou comment y remédier. Avec son humour et sa lucidité caractéristiques, Lebovici a incorporé l'incident dans son discours et notre conversation s'est déroulée en douceur, contournant des artefacts et des sueurs froides. La fragilité du moment, les mots effacés et oubliés, et notre détermination à continuer à enregistrer font maintenant partie de ce document.

Élisabeth Lebovici a été rédactrice culturelle du journal français Libération, et est actuellement l'auteur du blog “Le Beau Vice”. Dans son dernier livre, “Ce que le sida m'a fait : art et activisme à la fin du XXe siècle”, elle s'appuie sur son expérience personnelle pour reconstruire les effets de la crise du sida sur notre manière de vivre dans le monde, d'interagir entre nous et de nous représenter. Au fil des ans, Élisabeth Lebovici a tissé une histoire d'art féministe, lesbienne, homosexuelle et dissidente qui diverge des récits dominants de l'hétéronormativité patriarcale, embrassant activisme et pratiques artistiques.

Les sons proviennent de la bibliothèque de la « sonde aveugle » d'Anna Irina Russell

Timeline

Lien : https://rwm.macba.cat/en/sonia/elisabeth-lebovici/capsula

  • 00:00 Le silence est quelque chose qui doit être remis en question
  • 00:52 Introduction
  • 03:21 Silence = Mort
  • 05:00 Audre Lorde : Votre silence ne vous protégera pas
  • 06:00 Je travaille avec des associations libres et de l'expérience
  • 07:02 Dans l'impossibilité de parler
  • 09:02 Le silence est lié à de nombreuses activités que j'aime
  • 09:52 La poésie essentiellement doit être parlée
  • 12:02 Vider les mots. La poésie comme espace
  • 14:20 Poésie et activisme dans les rues : Bannières.
  • 15:39 Les lèvres et le Musée. Zoe Leonard
  • 17:45 Un musée est toujours à moitié vide. Nous (les femmes) ne sommes pas là
  • 19:45 Comment parlent ces lèvres ?
  • 23:55 Agissez en conséquence. sida. Pourquoi quelqu'un fait-il attention ? La politique dans nos corps
  • 26:27 Communautés invisibles. Invisibilité des lesbiennes
  • 31:42 Il ne s'agit pas de dire que nous devons être divers, mais simplement de nous abandonner au fait que nous sommes.
  • 34:59 J'utilise le mot lesbienne. Je ne dis pas que c'est pédé.
  • 37:55 Pratiques conceptuelles, culture pop, sida et activisme
  • 41:10 Liquidification de la société. Liquidification des images. Liquides intimes
  • 43:44 Les années quatre-vingt, un moment de désublimation
Vous pourriez laisser un commentaire si vous étiez connecté.
norae/hsociety/holo_note-silence-1.txt · Dernière modification: 2019/02/05 15:21 par xavcc