Note CC

carnet de recherche-action, ateliers et notes libres

Outils pour utilisateurs

Outils du site


norae:biologicus:ecologie_note-tropisme-agronomie-1

L'arbre, pilier essentiel de la fertilité des systèmes agricoles

Note par Emmanuel Poisson Quinton, RENCONTRES INTERNATIONALES DE L'AGRICULTURE DU VIVANT, 20 au 24 février 2019 - Paris

Todo

Ajout de références biblio

Hyperlien sur les noms biographiés

Correction de texte

  • Arnaud Daguin : Une réconciliation avec le vivant dont nous avons besoin a l'échelle planétaire. Mercis aux pionniers qui innovent, merci aux “auto-criblés” de flèches qui expérimentent d'être là.
  • Jean-Philippe Querard : il y a 3 défis :
    • Défi de l'agronomie : connaissance, innovation et formation
    • Défi des filieres
    • Défi de la pédagogie, ne pas réduire la difficulté des enjeux.

Alain Canet et Konrad Schreiber

La biodiversité n'est absolument pas comprise dans le grand public. Exemple du vers de terre et de la maison du sol qui est fertile. “un sol nu c'est un sol foutu” (liste de pratiques anti fertiles) La politique agricole actuelle mène à la paupérisation des paysans et de la société. (les photos des slides sont autorisées, joke) Pour optimiser l'utilisationdu rayonnement solaire il y a bcp à faire. Étude en Aquitaine : 150 jours par an de photosynthèse qui ne sont pas utilisés par des couverts végétaux sur des parcelles à cause des sols nus. Il faut ramener du carbone dans les champs qui s'erodent. Après 20 ans de MAE il y a toujours un destockage massif en carbone des sols. Il ne faut plus confondre productivisme et productivité en rantrant dans l'intensité organo-biologique. Fertiliser c'est détruire les sols si vous n'êtes pas capable d'en restaurer la fertilité. Fertilité : je mange du carbone et je chie littéralement de l'azote. Ce qui compte c'est le résultat de vos actions et non la taille des moyens que vous mettez. C'est la logique de la biologie qui doit être mesurée. La Bio-Logique. L'agriculture est le seul outil rentable pour lutter contre le changement climatique par le stockage du carbone.

Il faut de la pédagogie, de la pratique et faire confiance aux plantes

François Mulet

On sait aujourd'hui ce qui va marcher :

  • Les couverts végétaux d'interculture
  • Réduction du travail du sol et demi direct sous couvert
  • Diversification variétale et integration des plantes geantes
  • Integration des plantes pérennes SDSC permanent
  • Integration de l'agroforesterie et de l'irrigation

Le maraîchage sans travail du sol marche très bien avec du paillage, des geotextiles sans recours au plastique.

Marcel Bouché

Auteur de l'ouvrage “Dès vers de terre et des hommes” Je suis venu pour vous décevoir car j'ai vais pas trop parler des vers de terre. Un peu quand même. Il y a une énorme carence du monde scientifique sur l'agroecologie. Toute la recherche agronomique à favorisé des techniques actuellement rejetée par l'agroecologie. La recherche n'a donc pas fait son boulot en étudiant l'impact effectif des pratiques intensives. C'est une recherche hors sol. La définition de l'écologie est trouvée chez Ernst Haeckel en 1866. Pour Marcel est le définie comme une science exacte de la matière benzant des apports de la physique, de la chimie et de la biologie. C'est une science globale qui oblige à intégrer notamment les savoir acquis dans les champs et élevages (agros-écosystèmes). L'écologie scientifique actuelle ne se confronte pas au terrain. Et autant le livre sur les vers de terre avait valu des réactions critiques du milieu agronomique. Mais mes travaux sur une science rigoureuse de l'écologie n'a pas été relevée. (exemple des recherche sur les vers de terre marqués à l'azote 15) L'avenir de l'agroecologie est de s'appuyer sur l'écologie.

2012 Pour un renouveau dans l'exologie

Année ? — Livre Écologie et environnement.

2018- 1er congre sur les vers de terre et l'homme à Shangai

Stephane Le Foll

Mariage réussi de technicité et d'humour des intervenants précédents. Pas de passage au salon de l'agriculture cette année, l'agroecologie est maintenant dans la loi française, mais avant que cela se traduise dans la réalité il faut des exemples. Ça va prendre du temps. Le sujet est d'avoir des acteurs intéressés et impliqués qui sont garants de résultats fiables et de la diffusion de pratiques nouvelles. Ce qui doit être fait c'est de devlper la diffusion des modèles de production adaptés au écosystèmes. Un modèle unique ne peut convenir.

Alain Retière

?

Fabien Balaguer

L'agroforesterie n'est pas “planter des arbres dans des champs” Il s'agit d'associer des plantes utiles entre elles afin d'optimiser la photosynthèse et garantir la fertilité des sols. A l'échelle d'un. Territoire il se crée des trames vertes qui deviennent productive. Le grand potentiel pour le stockage du carbone avec la conversion des surfaces cultivées (15Mha) des prairies permanentes (– Mha) Les forest sont déjà grandement saturées.

Ernst Zurcher- L'eau dans les cycles biologiques des arbres

L'eau est au cœur de la photosynthèse. Elle se renouvelle dans cette même opération en échangeant ses molécules d'hydrogène et d'oxygène. 1t de co2 donne 1m3 de bois. Les arbres sont les plus efficaces des plantes pour les mécanismes d'évapotranspiration. Et à l'inverse quand le bois se dégradé en présence d'oxygène, il a de l'eau qui est à nouveau créé. Ainsi la photosynhses permet la création d'eau au delà de la constitution de biomasse ligneuse.

La lignine des arbres se décomposent beaucoup plus lentement et libèrent plus lentement l'eau stockée. ( livre : drawdown - https://www.actes-sud.fr/catalogue/agriculture/drawdown-comment-inverser-le-cours-du-rechauffement-planetaire

Au cœur du vivant il y a les enveloppes et les membranes des cellules. Ce qui caractérise le vivant c'est la membrane cytoplasmique qui est une enveloppe très complexe. Cette membrane est structurée par des canaux très sensibles.

L'enveloppe est également la structure essentielle de l'arbre et de la forêt. La lisière forestière est l'organe le plus important de la forêt. La nature à ce principe de mettre en place des arbres partout où elle se développe. L'enveloppe de la Terre est la forêt.

Dominique Mansion

Les trognes sont des mécanismes naturels copiés par l'homme. L'arbre à la capacité de réitération, grace aux bourgeons dormants à proximité des mutilations. Les formes des trognes sont infinies, et différentes selon les terroirs et cultures. Beaucoup d'essences peuvent être taillées en trogne. Le plat en haut et les cavités des trogne vont être un abri pour la. Biodiversité locale. Une autre fonction est l'apport de fourrage en élevage. La recherche s'intéresse à cette fonction (INRA Lusignan) pour analyse la qualité fourragère de ces arbres. La trogne permet également de s'entraîner au “BodyWood” dans le tronçonnage,.

Benoît Noël- BRF

Début avec les broyeurs à branche et les recherches de Jean Pain. Le compostage n'est pas optimal car hors sol et émetteur fort de CO2. Le BRF incorporé amélioré le stockage du carbone mais provoque une faim d'azote. Ce problème a été levé par des recherches. Montrant la production d'hulus stable, et la stimulation de la vie des sols. L'humus est également un stockage d'azote, plus il y aura de BRF plus la vie du sol va stocker de l'azote, mais il faudra continuer à apporter de l'azote pour compléter. Pour des apports importants de BRF (5cm) il faut apporter la même dose de fumier pour l' azote. la production de BRF peut être réalisé sur 10ba 20% de la SAU. Le BRF peut servir à l'étable en produisant un fumier 2x plus riche en azote.

Marceau Bourdarias- taille en viti et arboriculture

La taille par ses plaies vient altérer la circulation hydrique au sin de l'arbre par l'evapotranspiration. Le bois a un métabolisme clé pour ralentir la dégradation de la lignine et de la cellulose par les champignons saprophytes (mangeurs de bois mort). Les tannins sont ces systèmes de défense et garant de l'étanchéité pour un bon fonctionnement du système vasculaire. lors des tailles, au niveau vivant du cambium une paroi de protection se crée pour garantir l'étanchéité.

Le bois sert également à stocker les sucres nécessaires à son métabolisme pendant les périodes hivernales notamment,ainsi qu'au reamorcage des métabolismes au printemps. Ce stockage vient en concurrence avec le développement des fruits et pourrait expliquer l'alternance des années de fortes ou de faibles productions.

La compréhension des systèmes vasculaires incitent à accepter l'allongement naturelle de la plante pour garder le bois sain en améliorant ses capacités de stockage de sucre et donc de résilience en cas de crises exogènes.

Il va falloir donc adapter les modes de tailles à la physiologie des plantes pour garder l'étanchéité vasculaire et la capacité de stockage du bois vivant.

Vous pourriez laisser un commentaire si vous étiez connecté.
norae/biologicus/ecologie_note-tropisme-agronomie-1.txt · Dernière modification: 2019/02/21 15:17 par xavcc